El Rey del Pulpo cesse d’être galicien

Back to Posts

Share this post

El Rey del Pulpo cesse d’être galicien

Un fonds d’investissement et une société financière achètent Discefa, le plus grand distributeur de poulpe congelé

GED V España, société de gestion indépendante implantée à Madrid, a débuté comme fonds de capital risque et a choisi le poulpe comme animal de compagnie dans sa première aventure d’investissement. Le groupe a mené à bien l’achat de la majeure partie des actions de Discefa, la plus importante société spécialisée dans la transformation et la distribution de poulpe congelé de qualité supérieure. Une société de distribution de céphalopodes qui a son siège central à Cambre même si les trois quarts de son chiffre d’affaires proviennent de l’étranger.

Elle continuera d’avoir son siège, son adresse et son équipe de direction dans la ville de la Corogne – et y demeure pour l’instant -, mais la propriété de l’entreprise qui commercialise El Rey del Pulpo a cessé d’être galicienne après que ledit fonds de capital d’investissement, de pair avec la société financière Oquendo – avec son siège à Madrid et pionnière dans l’offre de financement alternatif aux petites et moyennes entreprises espagnoles -, s’en est approprié 71 % dans une opération mixte dans laquelle les deux acteurs se répartissent la propriété et le passif.

La direction de l’entreprise s’est montrée réticente à donner des informations sur l’opération. Et même si GED V España non seulement la confirme mais s’en enorgueillit, ils gardent jalousement le montant de l’acquisition, alléguant qu’il s’agit d’informations «confidentielles».

Le bénéfice

Or, ils n’ont pas d’objection à communiquer avec fierté un mouvement qui leur a permis de devenir actionnaires majoritaires d’une société créée en 1982 dont le chiffre d’affaires s’élevait en 2015 à 62,3 millions d’euros et dont l’EBITDA (bénéfice avant intérêts et impôts) s’élevait à 14 millions au cours dudit exercice.

Avec ces chiffres, il n’est pas étonnant que le nouveau fonds déclare que Discefa s’ajuste totalement à ses paramètres d’investissement : « Des entreprises industrielles de taille moyenne présentant un potentiel de croissance, leaders dans leur secteur et qui se trouvent en plein processus d’internationalisation». Concernant ce dernier aspect, le fonds souligne que 75 % du chiffre d’affaires de Discefa est actuellement généré hors d’Espagne, sur des marchés où l’entreprise implémente des plans de forte croissance dans le but de tirer profit de l’augmentation de la consommation de ses produits enregistrée au cours des dernières années.

Plus grande taille

Et l’intention est qu’elle continue de se développer. Enrique Centelles, directeur associé de GED V España, qui conduit l’opération, a exprimé ouvertement sa satisfaction d’avoir acheté le poulpe galicien : «Nous sommes très satisfaits de pouvoir annoncer l’acquisition d’une participation majoritaire dans Discefa car il s’agit de la première opération que nous réalisons avec le nouveau fonds et que notre intention durant les prochains exercices est d’aider à consolider le leadership de Discefa sur le marché national et de favoriser et soutenir son expansion internationale». En ce sens, «l’objectif doit être d’élever encore davantage la qualité de l’offre de produit aux clients pour être les plus compétitifs sur le marché que nous visons», a ajouté Centelles dans un communiqué. A cet effet, nous nous appuierons sur «une offre très complète et de valeur pour tout le canal».

La société continue de fonctionner de la même manière en fournissant des clients comptant 15 ans d’ancienneté en moyenne

Des sources du fonds GED V España ont précisé qu’il est «encore trop tôt pour connaître les changements opérationnels ou organisationnels. GED vient d’entrer dans le capital et il n’y a pas de décisions à cet égard». Dès lors, à Cambre tout se passe pour le moment à l’identique, en répondant à tous ses clients qui comptent 15 ans d’ancienneté en moyenne et en leur fournissant leurs marques «au prestige reconnu sur leurs marchés», comme El Rey del Pulpo, Fribó, Pindusa et Algaravío.

A une époque, Discefa possédait une filiale implantée à Las Palmas, aujourd’hui en phase de liquidation. Même si cela n’a pas été confirmé par la société, le plus probable est que la suppression de ces actifs est liée à l’expulsion de la flotte de pêche aux céphalopodes galicienne de ses zones de pêche historiques, qui furent tout d’abord celles du Maroc et ensuite celles de la Mauritanie, ce qui a représenté un point d’inflexion pour le port de Las Palmas où les déchargements de poisson et principalement de céphalopodes ont dégringolé.

La société commercialise le poulpe de toutes les zones de pêche, tant celui extrait en Galice – interdite jusqu’à la semaine dernière et, par conséquent, avec le robinet d’alimentation fermé – qu’au Yucatan (Mexique), Agadir (Maroc), les Canaries, Cadix et d’autres points de l’Atlantique. GED V a précisé que ça a été sa première opération mais pas la dernière. Sera-ce dans le secteur de la pêche? «Ce peut être dans celui-ci ou dans d’autres secteurs économiques», il suffit qu’il s’adapte au profil d’entreprise leader et consolidée, explique le fonds.

Back to Posts